Zitkala-Sa, une héroïne plus vraie que nature


par  - 

Très belle métisse amérindienne, Zitkala-Sa, Oiseau Rouge en Lakota (1876/1938) fût une incroyable artiste, mais également une femme engagée.

Née d'une mère Lakota et d'un père blanc qui l'abandonna, elle vécut insouciante et libre avec sa mère dans une réserve du Dakota du sud, malgré la pauvreté, jusqu'à ses 8 ans et l'intervention des missionnaires Quaker. "Enrôlée" pendant 3 ans dans leur école, rebaptisée Gertrude Simmons, c'est avec un bonheur mêlé de tristesse qu'elle apprit à lire et à écrire, mais aussi à jouer du violon. Tiraillée entre ces deux cultures, elle devint une musicienne accomplie mais également une oratrice hors pair sur la condition indienne et féminine.

Le Dawes Act offrant aux pionniers venus de l'est les terres promises aux indiens, marqua un tournant dans sa vie. Elle en témoigna en écrivant des articles enflammés sur le sujet et sur les injustices vécues par son peuple

Mariée à un sang-mêlé comme elle, le capitaine Raymond Bonnin, elle déménagea dans une réserve dans l'Utah, dont il fut un des administrateurs, et où ils élevèrent leur fils unique.

En association avec un professeur d'université, elle écrivit un libretto d'opéra et les musiques de "the Sun Dance" qui fût joué à Broadway dans les années trente.

Grâce ou à cause de ses doubles origines, elle écrivit de nombreux et précieux témoignages sur la condition des "Natives Americans", en tant que journaliste free lance, mais également comme écrivain.

Enterrée au cimetière d'Arlington en Virginie, son nom fût donné en son honneur à un des cratères de Vénus.

Je me suis intéressée à ce beau personnage de femme après m'être passionnée pour les photos d'Edward Shérif Curtis.

Quelques romans que je trouve incontournables.

Dalva de Jim Harrisson, où s'entrecroisent 3 voix, celle de Dalva, l'héroïne indomptable, celle de son amoureux transi, professeur/écrivain loser, et celle de son arrière grand-père, missionnaire tombé amoureux des indiens Lakotas.

Mille Femmes Blanches de Jim Fergus, le journal intime dramatique d'une jeune femme désespérée et de ses semblables troquées à un chef indien et à sa tribu, en guise de traité de paix (BFI : Brides For Indians, Epouses Pour Indiens) et de leurs vies parmi eux.

Indian Killer de Sherman Alexie, un thriller noir et envoutant, sur un serial killer tuant et scalpant des blancs à Seattle.

À la Grâce de Marseille de James Welch. L'histoire qui aurait pu être vraie de ce jeune homme Lakota, "oublié" par Buffalo Bill et son Wild West Show à Marseille, à la fin du XIX° siècle et de sa vie en France.

Camargue Rouge un roman graphique de Michel Faure et Jean Vilane, lorsque les Lakotas du Buffalo Wild West Show furent invités à rencontrer les gardians et les gitans de Camargue.

Quelques films ...

Et le style, sa légende et ses clichés ... du meilleur et du pire ...

Les commentaires ont été désactivés.

Allez plus loin dans l'expression de votre style, devenez rédacteur de votre Mode et inspirez la communauté !

Rédiger un article