Zazou style


par  - 

Les zazous sont un courant de mode de la France des années 1940. Il s’agissait de jeunes gens reconnaissables à leurs vêtements anglais ou américains, et affichant leur amour du jazz. Pendant la guerre, c’est une véritable explosion de concerts qui éclate aux quatre coins du pays et dans les caves de Paris. Ces concerts réunissent des salles pleines à craquer de jeunes tapant du pied aux rythmes effrénés des musiciens de jazz français. Les Petits Swing sont nés.

Le mot Zazou arrive tout droit des Etats-Unis. Certains l’attribuent à Cab Calloway pour sa chanson « Zah Zuh Zah » , d’autres répliquent qu’ils s’agit là des célèbres onomatopées lancées par les chanteurs noirs pendant leur « skat » et plus précisément d’un certain Freddy Taylor. C’est lui qui aurait importé la mode vestimentaire des Dandy noir dès l’avant guerre… Zazouzazouzazouuhé! l’hymne swing est vite repris par les médias de l’époque. Ainsi, les Petits Swings deviennent les Zazous.

Cab Calloway


Le terme de zazou a été utilisé pour la première fois en France en 1938 dans la chanson de Johnny Hess

« Les ch'veux frisottés
Les col haut de dix-huit pieds
Ah ! Ils sont zazous !
Le doigt comm"ça en l'air
L"veston qui traîne par terr' !
Ah ! Ils sont zazous !
Ils ont des pantalons d"une coupe inouïe
Qui arrive un peu en d'ssous du g"nou
Et qu'il pleuve ou qu"il vente, ils ont un parapluie
Des gross's lunett"s noires, et puis surtout
Ils ont l'air dégoûté
Tous ces petits agités
Ah ! Ils sont zazous ! »

1er couplet de « Ils sont zazous »
(paroles de Maurice Martelier, musique de Johnny Hess)

Pendant l’Occupation, les zazous exprimèrent leur non-conformisme et leur opposition au régime en organisant des concours de danse, qui les opposaient parfois aux soldats allemands. Lorsque les lois raciales de Pétain et des Nazis obligèrent les Juifs à porter l’étoile jaune, un certain nombre de zazous, par défi, s’affichèrent avec une étoile jaune marquée Zazou, Swing ou Goy. Ils furent arrêtés et conduits au camp de Drancy avant d’être relâchés.


Les femmes se tressent les cheveux ou laissent leurs boucles sur leurs épaules. Leur bouche est également maquillée d’un rouge à lèvres très rouge et se cachent souvent derrière des lunettes noires. Elles portent des jupes courtes plissées et des vestes aux épaules très carrées. Elles osent les bas rayés ou même à résille et portent des chaussures à semelles compensées en bois colorés.



Quant aux hommes, cheveux dans le cou entretenus dans un savant désordre, petite moustache à la Clark Gable, veste de tricot sans revers, pantalon rayés, chaussures à semelles trop épaisses, démarche syncopée…).

Par bravade, les zazous masculins portent des vêtements trop longs à une période où le tissu est rationné, ils gardent les cheveux longs alors qu’un décret vichyste fait des cheveux récupérés chez le coiffeur une matière première d’intérêt public pour la confection de pantoufles. Enfin, ils mettent un point d’honneur à être toujours équipés d’un parapluie qu’ils n’ouvrent jamais.

La contestation par le style

Les jeunes gens, hommes et femmes, réunis sous l’appellation " zazou " , ont entre 18 et 25 ans, mais sont semble-t-il plus proches de 18 que de 25.

La différence qu’ils cultivent à travers le vêtement, les goûts musicaux, l’attitude, les pratiques sociales, constitue pour eux une manière de se distraire et de s’amuser à une époque où le régime politique de Vichy cherche à responsabiliser la jeunesse. Ce comportement contestataire peut également être considéré comme la réaction normale de jeunes s’opposant à leurs parents et à leur attitude face à la défaite et aux évènements qui se déroulent alors. Les Zazous ne s’engagent sur rien, sur aucun sujet. Ils refusent de prendre position pour l’un ou l’autre camp et ne proposent aucun discours, aucune doctrine. Ils proposent » une mise en ironie du monde » .

C'est quoi "être swing" ?

Etre Swing c'est ne prendre aucune chose au sérieux, ne rien faire comme les autres, ne rien faire en général, fréquenter les bars assidûment, être immoral, être incapable de fixer la ligne de démarcation entre ce que l’on peut faire et ce que l’on ne doit pas faire, surtout paraître désabusé.

Mais à quoi ressemble donc cette jeunesse férue de jazz et de chanteurs noirs américains? Les Zazous, c’est d’abord un mouvement de révolte contre le régime en court. Un mouvement de révolte par l’inertie. Car ces jeunes passent leurs temps dans les cafés à refaire le monde et se moquer de la politique du moment. C’est une provocation gratuite, spontanée mais calculée.

Charles Trenet a participé au mouvement Swing et zazou

Les zazous étaient contemporains de l’existentialisme. Boris Vian ( écrivain, parolier ET musicien) avait adopté une attitude assez voisine de celle des zazous qu’il fréquentait parce qu’ils étaient d’abord « très très swing et qu’ils aiment le jazz », sans pour autant en être un. Voici la description qu’il faisait de la mode zazou : « Le mâle portait une tignasse frisée et un complet bleu ciel dont la veste lui tombait aux mollets (…) la femelle avait aussi une veste dont dépassait d’un millimètre au moins une ample jupe plissée en tarlatane de l’île Maurice.»

Albert Camus, dans son roman L’Étranger de 1942, en donne la description suivante: « Un peu plus tard passèrent les jeunes gens du faubourg, cheveux laqués et cravate rouge, le veston très cintré, avec une pochette brodée et des souliers à bouts carrés. »

Le mouvement Zootie quant à lui est l'équivalent américain des "french Zazous"

Alors si vous avez aimé cet article "vintage fashion", lancez-vous dans la création folle de looks Zazous

Les commentaires ont été désactivés.

Allez plus loin dans l'expression de votre style, devenez rédacteur de votre Mode et inspirez la communauté !

Rédiger un article