Incroyable Séraphine


par  - 

Une femme ordinaire extra-ordinaire.

Mais qui est Séraphine?

Séraphine Louis appelée Séraphine de Senlis est née à Arsy en 1864. Elle est orpheline à 7ans c'est sa sœur ainée qui la recueille. Elle travaille comme bergère et plus tard comme femme de ménage chez les sœurs de la Providence à Clermont. C'est là qu'elle découvre sa foi en la vierge Marie.

Par la suite, elle travaille comme domestique dans des familles bourgeoises de Senlis. Au cours de ses rares moments libres, elle se met à peindre à la flamme d'une bougie. Elle fait ses propres mélanges à base de colorants diversifiés dont elle a le secret et de peinture Ripolin.

Un moment de gloire

Le collectionneur d'art allemand Wilhelm Uhde , installé à Senlis en 1912, découvre ses peintures et lui apporte son soutien. Mais il est obligé de quitter la France en août 1914, et il ne reprend contact avec Séraphine qu'en 1927, à l'occasion d'une exposition locale à Senlis. Son aide, alors, permet à Séraphine de peindre de grandes toiles de deux mètres de hauteur. En 1929, Uhde organise une exposition qui permet à Séraphine d'accéder à une certaine prospérité financière qu'elle dilapide au fur et à mesure.

Sa peinture est tournée vers l'expression d'un monde intérieur.
Elle disait à propos de son travail d'artiste : "Je fais tout cela pour la Vierge Marie. Je peins surtout la nuit, quand la ville est endormie. Mes natures mortes sont comme des cadeaux pour le Bon Dieu et la Sainte Mère. Alors je vais aller au Paradis. Le soleil est Dieu et ce sont les fruits du paradis, c'est comme ça que je le vois."

À partir de 1930, Uhde cesse d'acheter ses peintures du fait de la Grande Dépression , qui éloigne les acheteurs d'œuvres d'art, ce qui la perturbe gravement. Elle sombre alors dans la folie et elle est internée le en 1932 à l'hopital psychiatrique de Clermont et dès lors elle ne peut plus peindre.

Ses œuvres sont pourtant exposées par Uhde : en 1932, exposition Les Primitifs modernes à Paris, puis en 1937-1938, exposition Les Maîtres populaires de la réalité, à Paris, Zürich, New York en 1942, exposition Les Primitifs du XXe siècle à Paris ; en 1945, exposition consacrée à Séraphine seule à Paris.

Une triste fin

Elle meurt de faim à 78 ans le 11 décembre 1942 dans l'annexe de l'hôpital à Villers-sous-Erquery dans le dénuement et les dures conditions des asiles sous l'occupation allemande.

Séraphine Louis est enterrée dans le carré des indigents au cimetière de Clermont. Son dossier porte la mention « cueille de l'herbe pour manger la nuit ; mange des détritus »

A voir ou à revoir, le film qui retrace une partie de sa vie:

L'histoire d'un destin qui n'a aucun rapport avec la mode.

Mais peut être que la mode en couture n'est pas si éloignée de cet art, finalement. On marie les couleurs, les textures, les formes...les peintres en font des tableaux, les couturiers des vêtements!

Les commentaires ont été désactivés.

Allez plus loin dans l'expression de votre style, devenez rédacteur de votre Mode et inspirez la communauté !

Rédiger un article