Connaissez-vous Jean ZAY?


par  - 

Jean Zay, alors ministre de l’Education Nationale et des Beaux Arts a fondé le festival de Cannes 20 septembre 1947.

Ce festival de cinéma est devenu au fil des années, le plus médiatisé au monde, notamment lors de la cérémonie d'ouverture et la montée des marches : le tapis rouge et ses vingt-quatre « marches de la gloire »

À ses débuts, le Festival était surtout un événement mondain et les films étaient un prétexte pour se rencontrer, lors de réceptions et de fêtes dans les villas de la Côte d’Azur.

Aujourd'hui, le Festival est considéré comme un lieu de promotion unique à l'international pour les films et les acteurs. En dehors des conférences de presse habituelles, la tradition s'est imposée de donner une fête pour les grosses productions. Ces fêtes ont un thème qui est lié aux films, et leur organisation donne lieu à une surenchère de moyens pour marquer les esprits. Il est aussi difficile d'y entrer que dans les projections de la compétition officielle.

Par ailleurs, tous les soirs, dans les discothèques au VIP Room, sur la plage du Palm Beach, les stars se mêlent au public pour danser toute la nuit. De nombreuses célébrités s'y présentent, avec aux platines des Disc Jokey internationaux.

Une rencontre de professionnels

Chaque année, durant la seconde quinzaine du mois de mai, des Cinéastes, des vedettes, des professionnels de l'industrie cinématographique (producteurs, distributeurs, vendeurs internationaux…) et des milliers de journalistes se déplacent à Cannes. Les principales projections ont lieu au Palais des Congrès, situé sur la Croisette.

Parallèlement à la sélection officielle du Festival, plusieurs sections ont été créées au fil des ans. Parmi elles, on retrouve la Quinzaine, un certain regard, pour les plus connus et surtout le Marché du film, le premier au monde.

Ce festival, au départ simple manifestation touristique et mondaine, a été créé pour récompenser le meilleur film, le meilleur réalisateur ou le meilleur acteur et la meilleure actrice d'une compétition internationale de films. Plus tard, d'autres prix décernés par un jury de professionnels, d'artistes et d'intellectuels, sont apparus, comme le Prix du Jury, le Grand Prix et surtout la Palme d’or par son importance, où producteurs et distributeurs y trouvent des partenaires pour financer leurs projets de films.

En 1969, Pierre-Henri Deleau, crée la Quinzaine des Réalisateurs qu'il dirige trente ans. Cet événement est créé pour présenter des films étrangers réalisés par des cinéastes méconnus, qui ne font pas partie de la sélection.

Les plus grandes modifications ont lieu en 1978.

Gilles Jacob arrive alors au poste de délégué général du Festival et crée la Caméra d’or qui récompense le meilleur premier film de toutes les sections par l'intermédiaire d'un jury indépendant. Il met également sur pied une nouvelle section de la sélection officielle : le Certain regard qui aide les films en marge de la distribution. Un film en ressort gagnant parmi 20 sélectionnés.

Gilles Jacob réduit la durée du Festival de 15 à 13 jours (il passe plus tard à onze jours) et diminue le nombre de films sélectionnés. Sous son impulsion, le festival défend la liberté d'expression et de création contre la volonté de régimes autoritaires d'imposer leurs films officiels.

D'autres modifications surviennent, surtout dans la constitution des jurys. Depuis ses débuts, le jury est en grande partie composé de membres de l'Académie française aujourd’hui il est essentiellement constitué de célébrités de l'industrie du cinéma.

Même si les jurés sont parfois des artistes n'appartenant pas au monde du 7 e art ou des intellectuels (journalistes, écrivains, critiques, historiens du cinéma…), le président du jury est aujourd'hui obligatoirement une personnalité du cinéma internationalement reconnue.

En1998, Gilles Jacob crée la Cinéfondation pour soutenir la création d'œuvres de cinéma dans le monde et permettre aux nouveaux cinéastes de côtoyer des célébrités

En2002, le Festival international du film prend officiellement le nom de Festival de Cannes, qui le désignait couramment

En 2015, nouvelle ère pour le Festival, Gilles Jacob devient président d'honneur après 38 ans de direction du Festival, son successeur est Pierre Lescure.

Les récompenses :

  • Longs métrages de la compétition officielle
    • La Palme d’or est décernée au meilleur film
    • Le Grand prix récompense le second meilleur film, au départ c’était le meilleur film grand public
    • Le Prix d’interprétation féminine est remis à la meilleure actrice
    • Le Prix d’interprétation masculine est remis au meilleur acteur
    • Le Prix de la mise en scène est remis au meilleur réalisateur
    • Le Prix du scénario est remis au meilleur scénariste
    • Le Prix du Jury récompense un film apprécié du jury et faisant preuve d'originalité ou de nouveauté.
  • Section Un certain regard
    • Le Prix Un certain regard récompense le meilleur film de la sélection parallèle
    • D'autres prix spéciaux sont remis au Certain Regard, mais les prix attribués changent annuellement selon le jury (prix du jury, prix spécial, prix d'interprétation...)
  • Courts métrages de la compétition officielle
    • La Palme d’or du court métrage est décernée au meilleur court métrage

Festival de Cannes : Montée des marches, mode d'emploi

La montée des marches du Festival de Cannes, c'est tout un rituel. Qui a ses petits secrets et ses astuces.

Le tapis rouge, les stars et les starlettes, le strass et les paillettes, les robes longues et les smokings, les flashes des photographes, les cris des fans derrière les barrières: chaque soir à Cannes, la montée des marches du Festival de Cannes, pour les projections officielles, est un cérémonial presque immuable.

Ces 24 marches recouvertes d'un tapis rouge qui mènent au grand théâtre Louis-Lumière du Palais des festivals, sur la partie gauche du bâtiment, incarnent le rêve et le glamour, la magie du cinéma. Comment les monter? Voici quelques astuces et confidences.

Parce que durant 15 jours, nous allons profi­ter des plus belles tenues du monde, portées par les plus belles femmes du monde…

L'aventure des marches débute, si vous êtes une star, par une arrivée confortable en limousine au pied du tapis rouge. Sinon, il vous faudra jouer des coudes sur plusieurs centaines de mètres au milieu d'une foule compacte prête à tout pour vous doubler.

Après cette boucle pédestre sur la Croisette arrive le contrôle sécurité qui fait également office de vérification vestimentaire. Là où les stars ont droit à des touches d'originalité, les quidams munis d'invitations pour la projection sont priés de respecter scrupuleusement « le port du smoking et de la tenue de gala ». Pour palier les oublis de dernière minute, les ouvreurs du palais proposent à la vente des nœuds papillon, obligatoires pour l'exercice...

''Ne pas tomber!''

L'astuce est alors d'arriver derrière une personnalité que les photographes tenteront de faire s'attarder sur le tapis rouge devant leurs objectifs crépitants. Mais le stratagème est de courte durée, le personnel du Festival, vigilant, veille à ce que les marches soient montées à la vitesse d'un cheval au galop.Vient alors le tapis rouge, où sont disposés en haie d'honneur au pied des marches, au centimètre près, 250 photographes de médias mondiaux.

Côté conseils, Jane Fonda invite à la prudence: « Essayez de ne pas tomber, c'est le plus important! Les femmes ici ont toutes cette même inquiétude. Donc il faut aller très doucement et être très calme et très tranquille »

Une fois dans l'escalier, une brève pause sera tolérée au palier intermédiaire, le temps d'une photo volée, avant de s'engager sur la deuxième série et de chiper une vue d'ensemble de cet espace de rêve. En prenant à gauche, en haut des marches, les curieux pourront observer derrière une vitre et une haie de gardiens du temple, la montée des stars.

Le protocole prévoit que l'équipe du film de la soirée ferme la marche et puisse monter sur la musique de son choix. A son arrivée, le personnel du Festival incite les anonymes retardataires à faire place nette et les « rois du palais », Thierry Frémaux et Gilles Jacob, seul photographe du haut des marches, accueillent les vedettes de la soirée.

L'heure, c'est l'heure

Nous sommes alors à quelques minutes de la projection. A Cannes, on ne plaisante pas avec les horaires. L'heure c'est l'heure. Les marches ont été montées, les yeux ont pétillé. Place au cinéma...

Source France soir

Mais surtout, évitez ça !

Plus d’infos sur le Festival : http://www.festival-cannes.com/fr.html

Les commentaires ont été désactivés.

Allez plus loin dans l'expression de votre style, devenez rédacteur de votre Mode et inspirez la communauté !

Rédiger un article