Au revoir David


par  - 

David Bowie le chanteur aux milles visages, vient de nous quitter. Bien triste nouvelle pour commencer l'année! Aussi je voulais rendre un petit hommage au grand homme qui a aussi, inspiré la mode à sa façon...

David Bowie, est né le 8 janvier 1947 à Brixton dans le sud de Londres.Fils de Margaret Mary Burns et Haywood Stenton. À cette époque, le quartier est relativement pauvre. Ses parents déménagent ensuite dans le quartier tranquille et coquet de Bromley, dans le Kent. David éprouve une immense admiration pour son demi-frère Terry Burns, de dix ans son aîné, qui l'initie à la musique. Ils vont ensemble à des concerts de jazz, et âgé d'à peine 13 ans, David apprend à jouer du saxophone...

Artiste caméléon

David Bowie aura parfois été présenté comme un artiste caméléon, adaptant sa musique aux modes et aux airs du temps et les faisant siennes. Le music-hall, le folk hippie, le glam-rock, la soul, le funk, la pop, les musiques électroniques… auront été quelques-uns des genres qu’il avait abordés, y donnant à chaque fois une couleur, une personnalité. Sa voix passant de la caresse jusqu’au cri, dans de nombreuses nuances, faisant passer une forme de dramaturgie dans l’expression.

A chaque sortie d'un de ses albums, bowie inventait un personnage, si bien qu'on le surnomait l'homme aux milles visages.

Le début d'une folle carrière

Le succès arrive avec la chanson Space Oddity, tirée de l’album du même nom publié en novembre 1969, qui raconte l’histoire d’un astronaute, le major Tom. Elle a été enregistrée avec celui qui deviendra le collaborateur régulier de Bowie, le bassiste et producteur Tony Visconti. Bowie est alors encore dans une ambiance folk, avec déjà des bizarreries musicales. En novembre 1970, avec l’album The Man Who Sold The World, Bowie, qui a rencontré le guitariste Mick Ronson, met plus de rock électrique dans sa musique. Sur la pochette il pose vêtu d’une robe.

Au cours des années, il endossera aussi le costume de divers personnages, des doubles possibles. Le jeune homme tranquille de ses débuts, dandy et élégant, jouera sur le travestissement dans la fin des années 1960, son personnage le plus célèbre pour le grand public, Ziggy Stardust, sera comme un avatar représentant la star du rock avec paillettes, dans l’ascension vers la gloire et la chute, Halloween Jack, sorte de pirate annonciateur du punk, le Thin White Duke, probablement le plus proche de ce qu’il vit alors, vers la fin des années 1970, miné par une consommation importante de cocaïne, Pierrot lunaire au début des années 1980

En 1972, David Bowie se teint les cheveux en rouge et n'hésite pas à porter des costumes outranciers, participant ainsi à l'émergence du glam rock. Ici, son costume de « Starman », porté pour son personnage de Ziggy Stardust, cette même année, et présenté lors d'une exposition à Londres le 20 mars 2013.

La styliste Natasha Korniloff crée cette tenue de pierrot lunaire pourAshes to Ashes, en 1980.


Maquillages, costumes flamboyants, paillettes, ambiguïté sexuelle, tout est mis en œuvre pour conquérir le monde du rock. « The Rise and Fall of Ziggy Stardust and the Spiders from Mars » sort en juin 1972. Bowie fait sensation, la presse se l’arrache, les réactions d’adoration des fans à concerts sont comparées à celles qui ont accompagné les Beatles au début des années 1960, lors d’une longue tournée, qui passera par les Etats-Unis où l’accueil est similaire, prendra fin le 3 juillet 1973. Un autre disque, « Aladdin Sane », plus construit, plus ambitieux dans ses sources musicales, avec des éléments de jazz free et d’atonalité, parait en avril 1973.

Une nouvelle période va débuter avec « Diamond Dogs » – à l’origine pensé comme une adaptation du roman 1984, de George Orwell – avec des chœurs, des vents et une imprégnation de la soul music. Celle-ci va être plus présente encore dans le disque suivant, « Young Americans » (mars 1975), enregistré aux Etats-Unis et auquel participe une autre idole de Bowie, John Lennon, pour deux chansons : Across The Universe, reprise des Beatles, et Fame, cette dernière dans une approche funk qui va être au cœur de « Station To Station », grande œuvre de l’année 1976. Les spectacles sont de formidables moments d’intensité. Epuisé par l’activité incessante de sa gloire et la consommation massive de drogues – en particulier la cocaïne –, marqué par des périodes dépressives, Bowie apparaît au cinéma dans le film L’Homme qui venait d’ailleurs, de Nicolas Roeg.

Suivra ce qui a été appelé la trilogie berlinoise avec les disques « Low » (1977), « Heroes » (1978, le seul enregistré à Berlin) et « Lodger » (1979).

Les années 1980 débutent avec la parution du disque « Scary Monsters » et la chanson Ashes to Ashes, qui le montre en pierrot, David Bowie est désormais une institution de la pop et du rock. Il est cité par des dizaines de musiciens comme une influence majeure, tant par sa manière de se mettre en scène, de jouer avec des personnages, que par sa musique. Il va connaître son plus grand succès commercial avec l’album et la chanson Let’s Dance, en avril 1983, collaboration avec le guitariste et producteur Nile Rodgers, combinaison parfaite de funk, de pop et de disco.

Ses disques suivants seront un temps moins définitifs. Il n’a plus rien à prouver.

Un sursaut artistique aura lieu à la fin des années 1990 avec Oustide (1995) et Earthling (1997), traversés par des rythmiques électro et des combinaisons complexes.

Lors d’une tournée en 2004, il est victime d’un malaise. Il est opéré pour un problème cardiaque. Il fera quelques fugaces apparitions lors de concerts dans les presque dix ans qui suivront, mais semble alors avoir décidé de mettre fin à sa carrière. L’annonce surprise de la parution d’un album en janvier 2013, « The Next Day », sorte d’évocation musicale de son passé, l’avait remis sous le feu des projecteurs, quand bien même il n’avait accordé ni entretien ni n’était remonté sur scène à cette occasion.

Ses looks déjantés ont aussi inspiré la mode.

Jean- paul Gaultier a revisité les looks de Bowie en 2011

Mais ses looks en inspirent d'autres...

Salut l'artiste! Et peut être à bientôt sur Mars!

Life On Mars
David Bowie



It's a god-awful small affair
To the girl with the mousy hair
But her mummy is yelling "No"
And her daddy has told her to go
But her friend is nowhere to be seen
Now she walks through her sunken dream
To the seat with the clearest view
And she's hooked to the silver screen
But the film is a saddening bore
For she's lived it ten times or more
She could spit in the eyes of fools
As they ask her to focus on



Sailors fighting in the dance hall
Oh man! Look at those cavemen go
It's the freakiest show
Take a look at the Lawman
Beating up the wrong guy
Oh man! Wonder if he'll ever know
He's in the best selling show
Is there life on Mars?



It's on Amerikas tortured brow
That Mickey Mouse has grown up a cow
Now the workers have struck for fame
'Cause Lennon's on sale again
See the mice in their million hordes
From Ibeza to the Norfolk Broads
Rule Britannia is out of bounds
To my mother, my dog, and clowns
But the film is a saddening bore
'Cause I wrote it ten times or more
It's about to be writ again
As I ask you to focus on



Sailors fighting in the dance hall
Oh man! Look at those cavemen go
It's the freakiest show
Take a look at the Lawman
Beating up the wrong guy
Oh man! Wonder if he'll ever know
He's in the best selling show
Is there life on Mars?

Les commentaires ont été désactivés.

Allez plus loin dans l'expression de votre style, devenez rédacteur de votre Mode et inspirez la communauté !

Rédiger un article